Notice

  • Bibliomer n° : 59 - Septembre 2011
  • Thème : 1 - Production
  • Sous-thème : 1 - 3 Aquaculture
  • Notice n° : 2011-5718

Les surmortalités des naissains d'huîtres creuses, Crassostrea gigas : acquis des recherches en 2010

Cochennec-Laureau N., Baud J.P., Pepin J.F., Benabdelmouna A., Soletchnik P., Lupo C., Garcia C., Arzul I., Boudry P., Huvet A., Pernet F., Bachere E., Bedier E., Petton B, Gaussem F, Stanisiere J.Y., Degremont L.

Rapport, 2011, n° RST/LER/MPL/11.07 - 30 p.

Adresse internet : http://archimer.ifremer.fr/doc/00033/14423/11719.pdf


Résumé

Les mortalités d'huîtres creuses en 2010, comme les années précédentes, ont touché essentiellement les huîtres de moins d'un an, quelle que soit leur ploïdie (2n issues de captage naturel ou 3n issues d'écloserie), lorsque la température de l'eau était comprise entre 16-17° et 24°C. Elles ont affecté toutes les zones d'élevage à un taux moyen d'environ 70 %.
Le rôle des agents infectieux dans ces surmortalités a été confirmé : le virus herpétique OsHv1 µvar a joué un rôle prépondérant dans l'explication des mortalités 2010 et il était clairement associé aux bactéries du genre Vibrio splendidus. Toutefois, le rôle respectif de ces agents reste à préciser. Ce virus est très infectieux et des essais en laboratoire ont montré qu'il contamine le milieu marin en quelques heures par simple voisinage.

Influence de divers facteurs sur les mortalités :
- l'élévation brutale de la température jusqu'à un seuil de 16°C est un facteur aggravant confirmé lors d'expérimentations en laboratoire et d'observations sur le terrain,
- d'autres espèces de mollusques (moule, telline) sont potentiellement " réservoir " du virus OsHv1 µvar, mais ce point reste à confirmer,
- la ploïdie (2n ou 3n) ne modifie pas les performances de survie pendant les périodes à risque,
- les huîtres sauvages ne sont pas plus résistantes que les huîtres d'élevage. Elles sont probablement contaminées par propagation externe à partir de lots d'élevage ; l'isolement de certains stocks pourrait donc constituer une "barrière" à la diffusion des mortalités,

Bilan pour les pratiques d'élevage :
- date de captage : sa précocité pourrait permettre une meilleure survie du naissain l'année suivante,
- traçabilité : il est nécessaire de connaître l'origine du naissain (naturel ou d'écloserie), les données d'élevage (origine, taux de mortalité en captage ou en nurserie, statut sanitaire, date de captage ou de production en écloserie...) et les caractéristiques du site d'accueil (densité du bassin, cartographie des huîtres en élevage, présence de gisements naturels, statut sanitaire de la zone, importance des transferts ...).


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango