Notice

  • Bibliomer n° : 53 - Septembre 2010
  • Thème : 1 - Production
  • Sous-thème : 1 - 3 Aquaculture
  • Notice n° : 2010-5308

La pisciculture côtière n'affecte pas les communautés de parasites des poissons sauvages dans le sud-ouest méditerranéen

Coastal fish farming does not affect the total parasite communities of wild fish in SW Mediterranean

Fernandez-Jover * Damian, Faliex Elisabeth, Sanchez-Jerez Pablo, Sasal Pierre, Bayle-Sempere Just T.

* University of Alicante, Department of Marine Sciences and Applied Biology, PO Box 99, E-03080 Alicante, Spain ; E-mail : jover@ua.es

Aquaculture, 2010, Vol. 300 (1-4), p. 10-16 - DOI : 10.1016/j.aquaculture.2009.12.006 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST


Résumé

L'influence des cages en mer sur l'augmentation de la charge parasitaire des saumons sauvages a reçu une attention considérable. Néanmoins, les études sur d'autres espèces aquacoles et les poissons sauvages associés (vivant à proximité des fermes d'élevage) sont rares.
Cette étude a comparé les poissons sauvages méditerranéens (bogues et chinchards à queue jaune) associés ou non aux fermes aquacoles (3 fermes de bar et dorade et 2 localisations témoins).
Les résultats montrent que le bar et la dorade ne partageaient pas leurs macroparasites avec les poissons sauvages testés. Aucun effet sur la charge parasitaire totale n'a été détecté. Un nombre réduit de cestodes, de nématodes et du parasite trématode Lecithocladim excisum (le plus courant chez le chinchard) a même été observé chez les poissons sauvages associés aux fermes aquacoles (alimentation en partie à base de granulés perdus ?). Par contre, la prévalence chez les poissons sauvages des parasites de la sous classe Digenea (Bacciger israelensis et Prodistonum polonii) était favorisée par la proximité des installations d'élevage.
L'influence des fermes aquacoles de bar et de dorade sur la prévalence et la charge parasitaire de bogues et de chinchards à queue jaune sauvages peut être préjudiciable ou au contraire favorable suivant les espèces de parasites. Les communautés parasitaires des poissons sauvages ne sont toutefois pas sévèrement affectées par l'aquaculture côtière. Sans une étude plus complète sur de plus nombreuses espèces de poissons sauvages et leurs parasites, il n'est pas possible de conclure que les fermes aquacoles n'ont pas d'effet négatif sur la charge parasitaire des poissons sauvages.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango