Notice

  • Bibliomer n° : 51 - Mai 2010
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 2 Nutrition
  • Notice n° : 2010-5208

Contribution des produits de la mer aux apports totaux en vitamine B12 et statut chez les jeunes adultes hommes et femmes

Contribution of Seafood to Total Vitamin B12 Intake and Status of Young Adult Men and Women

von Castel-Roberts K.M., Whittmann A.R., Maneval D.R., Bailey L.B., Kauwell * G.P.A.

* University of Florida Food Science and Human Nutrition Department, 359 FSHN building, Newell Drive, POB 110370, Gainesville, FL 32611-0370, USA ; E-mail : gkauwell@ufl.edu

Journal of Aquatic Food Product Technology, 2010, Vol. 19 (1), January 29, 2010, p. 26 - 37 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST


Résumé

Les études nutritionnelles suggèrent que 20 % des omnivores et 40 % des végétariens ne consomment pas suffisamment de vitamine B12 pour assurer un statut optimal en cette vitamine. La vitamine B12 étant disponible uniquement dans les aliments d'origine animale, hors compléments alimentaires, les auteurs de cette étude ont voulu estimer la contribution des produits de la mer à l'apport alimentaire total en vitamine B12, en comparaison avec les autres aliments. Ils ont également déterminé le statut en vitamine B12 de 302 jeunes adultes en bonne santé, vivant en Floride, en fonction de leur consommation de produits de la mer.
Les résultats montrent que les produits de la mer sont la catégorie alimentaire qui contribue le plus à l'apport en vitamine B12 (31 %) chez les non-végétariens. Ainsi, même si les fruits de mer comptent pour moins de 1 % du poids total d'aliments consommés, ils contribuent plus à l'apport en vitamine B12 (24 %) que le bœuf (15 %) qui constitue 2 % du poids total des aliments. Le poisson (hors thon) compte également pour moins de 1 % du poids total d'aliments consommés, mais contribue 2 fois plus (pour 4 %) que le porc (2 %) ou le poulet (2 %) à l'apport en cette vitamine, de même pour le thon (3 %).
D'autre part, les consommateurs fréquents de produits de la mer (au moins une fois par semaine) présentent un meilleur statut que les autres en vitamine B12, aucun d'eux n'ayant un statut sous-optimal. En revanche, ce statut sous-optimal est retrouvé chez un certain nombre de sujets consommant rarement des produits de la mer (moins d'une fois par mois) ou des végétariens. Les résultats suggèrent que la consommation de fruits de mer au moins une ou plusieurs fois par mois contribue à maintenir un statut normal en vitamine B12.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango