Notice

  • Bibliomer n° : 46 - Juin 2009
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 2 Nutrition
  • Notice n° : 2009-4798

Produits de la mer (sauvages et d'élevage) pour les personnes âgées : contribution à l'ingestion d'iode, de sélénium, de DHA et de vitamines B12 et D

Seafood (wild and farmed) for the eldery: contribution to the dietary intakes of iodine, selenium, DHA and vitamins B12 and D

Bourre* J.M., Paquotte P.

* INSERM, U 705 ; CNRS, UMR 7157 ; Universités Paris 7 et 5 ; Hôpital Fernand Widal, 200 rue du Faubourg Saint Denis. 75745 Paris cedex 10 ; E-mail : jmbourre@free.fr

The Journal of Nutrition, Health and Aging, 2008, Vol. 12, p. 186-192 - Doi : 10.1007/BF02982617 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST


Analyse

Ce travail décrit la contribution des poissons et fruits de mer (sauvages et d'élevage) relatives aux recommandations alimentaires concernant l'iode, le sélénium, le DHA (acide gras oméga-3) et les vitamines B12 et D, pour les personnes âgées.
Un grand nombre de publications ont déterminé les concentrations moyennes en DHA (un acide gras oméga-3), vitamines B12 et D, iode et sélénium dans les poissons et les fruits de mer, qu'ils soient sauvages ou d'élevage, de mer ou d'eau douce.
D'autre part, les statistiques de l'OFIMER fournissent des données de consommation " apparente " par habitant. La consommation en France, en 2004, de chaque poisson et fruit de mer, ainsi que leur consommation spécifique par les populations âgées de plus de 65 ans a pu ainsi être déterminée.
De toute évidence, la consommation de poissons et de fruits de mer est insuffisante chez les personnes âgées, si l'on se réfère aux ANC (Apports Nutritionnels Conseillés, datant de 2000, publiés par l'AFSSA).
En effet, les poissons et fruits de mer contribuent pour seulement 25 % aux ANC de la vitamine D, 56 % pour ce qui concerne la vitamine B12, 28 % pour l'iode, 23 % pour le sélénium, mais 203 % pour le DHA (toutefois, les ANC pour le DHA sont beaucoup trop bas, car ils ont été déterminés il y a de nombreuses années ; les instances internationales proposent actuellement des quantités beaucoup plus élevées - plus du double -). Or les poissons et les fruits de mer constituent la seule classe d'aliment qui apporte tous ces nutriments, en quantités et en biodisponibilité.
Chez les personnes âgées, l'augmentation de la consommation de produits de la mer devrait éviter de nombreux problèmes de santé publique.
De toute évidence, les personnes âgées bénéficieraient ainsi d'une augmentation de la consommation actuelle d'iode, de sélénium, de vitamines B12 et D.
Pour ce qui est du DHA, certains segments de la population en consomment de grandes quantités, alors que d'autres en absorbent des quantités très insuffisantes, ce sont ces derniers qu'il convient de cibler.
Analyse réalisée par : Bourre J.M. / INSERM-CNRS


Imprimer Imprimer

Analyse au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango