Notice

  • Bibliomer n° : 41 - Mars 2008
  • Thème : 1 - Production
  • Sous-thème : 1 - 3 Aquaculture
  • Notice n° : 2008-4231

Avis du Groupe Scientifique sur la santé et le bien-être des animaux du 6 décembre 2007 relatif à une demande de la Commission européenne sur les espèces vectrices possibles et les stades de vie des espèces réceptives ne transmettant pas de maladies en ce qui concerne certaines maladies des crustacés (Question n° EFSA-Q-2007-062)

Scientific Opinion of the Panel on Animal Health and Welfare on a request from the European Commission on possible vector species and live stages of susceptible species not transmitting disease as regards certain crustacean diseases

The EFSA Journal, 2007, Vol. 598, p. 1-91 - Doi : 10.2903/j.efsa.2007.598 - Texte en Anglais

Adresse internet : http://www.efsa.europa.eu/en/scdocs/doc/598.pdf


Résumé

Concernant les maladies des crustacés, le groupe scientifique émet l'avis suivant.
Réponse à la question 1.
1) le virus du syndrome de Taura, le virus à tête jaune et le virus du syndrome du point blanc ont été détectés dans des stades post-larve, dans des juvéniles et des adultes des espèces sensibles.
2) Le virus du syndrome de Taura n'a pas été décrit dans les oeufs, les zygotes ou les larves. Le virus à tête jaune et le virus du syndrome du point blanc ont été détectés dans les oeufs et dans les stades larvaires précoces.
3) Concernant les oeufs,
- Il n'y a de preuve scientifique de l'absence de transmission verticale pour aucune des maladies listées ;
- on a mis en évidence une transmission associée aux oeufs pour le virus à tête jaune et le virus du syndrome du point blanc.
Recommandation : tous les stades de vie des espèces sensibles devraient être considérés comme susceptibles de transmettre les maladies listées.
Réponse à la question 2.
1) Il n'y a pas d'évidence scientifique publiée concernant le rôle de vecteur joué par des animaux aquatiques d'élevage non-sensibles dans la transmission du syndrome de Taura et du virus à tête jaune ;
2) on trouve des preuves scientifiques publiées du rôle de certains animaux aquatiques non sensibles agissant comme vecteurs mécaniques pour le virus du syndrome du point blanc. Il s'agit des branchiopodes (Artemia sp.), des rotifères et des copépodes ;
3) suite à une évaluation qualitative de lâchers et d'exposition, des espèces ou groupes d'espèces potentiellement vectrices ont été identifiées. La probabilité de transmission et d'installation des pathogènes listés par les espèces ou groupes d'espèces potentiellement vecteurs allaient de négligeable/extrêmement faible à modérée, dans les conditions indiquées ;
4) Le manque de données sur la prévalence, la résistance des pathogènes listés à l'extérieur de leurs hôtes, la distribution et les modes d'action des maladies et des agents infectieux conduit à un haut degré d'incertitude sur les risques de transmission et d'installation des dangers.
Autres questions.
- en dépit de l'importance grandissante des crustacés européens, on connaît peu de choses sur le statut zoosanitaire des stocks européens ou leur sensibilité aux maladies listées dans la directive ;
- le commerce intra-communautaire ou avec les pays tiers de crustacés vivants, frais ou congelés a été associé avec la transmission de crustacés pathogènes. Les crustacés destinés à la consommation humaine sont souvent stockés dans des conditions non sécurisées (en contact avec le milieu ouvert) ;
- Le commerce de crustacés d'ornement représente un risque pour l'introduction de maladies ;
- étant données les très grandes variations dans la pathogénicité des nombreuses souches de virus listés affectant les crustacés, il existe actuellement une grande imprécision et un manque d'uniformité dans la définition des maladies listées et des agents qui en sont la cause, ce qui crée des confusions pour la caractérisation des pathogènes, leur classification et les outils de diagnostic.
Adresse Internet de l'Avis : http://www.efsa.europa.eu/EFSA/Scientific_Opinion/ahaw_op_ej598_crustaceandiseasevectors_en.pdf


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango