Notice

  • Bibliomer n° : S1 - Décembre 2008
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2008-054S

Évaluation de l'élimination des norovirus lors des traitements des eaux usées en utilisant la RT-PCR en temps réel : comportement différent des génogroupes I et II

Evaluation of Removal of noroviruses during wastewater treatment, using real-time RT-PCR: different behavior of genogroup I and genogroup II

Kyria da Silva A., Le Saux J.C., Parnaudeau S., Pommepuy M., Elimelech M.E., Le Guyader F. S.*

* Microbiology Laboratory, Ifremer, centre de Nantes, BP 21105, 44311 Nantes cedex 03, France ; Tél.: (33) 2.40.37.40.52 ; Fax: (33) 2.40.37.40.73 ; E-mail: sleguyad@ifremer.fr.

Applied and Environmental Microbiology, 2007, Vol. 73 (24), p. 7891-7897 - Texte en Anglais


Résumé

3 - Sécurité des produits de la mer
3 - 1 Refhepa
Les norovirus, première cause de gastro-entérites, sont excrétés pendant les épidémies hivernales et de ce fait retrouvés dans les stations d'épuration.
Des échantillons d'eaux ont été prélevés en entrée et en sortie dans 4 stations utilisant des traitements différents. Les norovirus (NoV) des deux génogroupes (GI et GII) majoritaires circulant dans la population humaine ont été recherchés par RT-PCR en temps réel pendant plusieurs mois de l'année 2007.
Le contrôle de l'efficacité d'extraction et d'amplification a permis une estimation quantitative de la présence de ces virus.
Ainsi les NoV GII sont retrouvés régulièrement dans les eaux avant traitement (88 % des échantillons), tandis que les NoV GI sont détectés plus sporadiquement (43 % des échantillons).
Après traitement, les NoV GI sont détectés plus fréquemment (24 % des échantillons) que les NoV GII (14 % des échantillons), ce qui peut expliquer la prédominance de ces souches virales lors d'épidémies liées à l'eau, ou aux aliments souillés par des eaux contaminées (comme par exemple les coquillages).
Les concentrations en GI sont plus variables et les pics de concentrations plus élevés que pour le GII. Les 4 systèmes étudiés montrent une décroissance des concentrations virales après traitement, les concentrations virales maximales pouvant rester de l'ordre de 106 copies de génomes/L dans les eaux épurées.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango