Notice

  • Bibliomer n° : 39 - Septembre 2007
  • Thème : 4 - Environnement
  • Sous-thème : 4 - 2 Sites industriels, déchets, eau
  • Notice n° : 2007-4086

Risques et maladies liées aux activités de transformation du poisson en Inde - Evaluation d'une intervention peu coûteuse

Hazards and health complaints associated with fish processing activities in India--Evaluation of a low-cost intervention

Nag P.K.*, Nag A.

* National Institute of Occupational Health (Indian Council of Medical Research), Ahmedabad 380 016, India ; Fax : +91.79.2268 6110 ; E-mail : pranabnag@yahoo.com

International Journal of Industrial Ergonomics, 2007-2, Vol. 37 (2), p. 125-132 - Texte en Anglais

à commander à : la revue ou à l'INIST


Analyse

La transformation du poisson est une activité saisonnière dans les régions côtières. Le stress lié au travail et les risques pour la santé des femmes employées dans la transformation du poisson (N=185) ont été examinés pour étudier les actions permettant d’atténuer les risques. Les activités comprenaient le nettoyage et le calibrage des poissons, le décoquillage, l’enlèvement de l’intestin des crevettes, le tranchage, la découpe des encornets en anneaux, la transformation avant surgélation rapide instantanée, l’emballage des poissons et le transfert des produits en chambre froide.
Debout derrière un plan de travail ou assises sur le sol, les femmes effectuent, à mains nues, des tâches variées avec une utilisation abondante d’eau chlorée glacée. Une liste de contrôle de plusieurs méthodes ergonomiques a été mise en place.
Elle comprenait l’évaluation des plaintes de santé, des douleurs et inconforts musculo-squelettiques, des symptômes de peau et des températures des mains et des doigts. L’analyse en composantes principales a permis d’extraire trois composantes de facteurs de stress liés à l’environnement de travail, aux méthodes de travail et aux variables psychosociologiques, qui expliquaient 80,4% de la variance totale. La composante 1 (15 éléments) décrivait des facteurs de stress comme le froid, l’humidité, le gras et les sols glissants des locaux de travail, les zones de travail encombrées, l’absence de vêtement de protection individuelle et les heures de travail irrégulières.
Les blessures dues au froid, de la perte de coloration des doigts jusqu’à l’engourdissement de la main et le phénomène de Raynaud dans la paume de la main pourraient être attribués aux facteurs de stress de la composante 1 qui expliquait 32,5 % de la variance totale. La température des mains pendant le travail n’était que de 20,7°C (+/-1,9), soit 8°C de moins que les valeurs avant exposition. L’analyse de la variance à une variable a montré que la température des mains variait selon les conditions d’exposition (F(2,95) allant de 44,2 à 107,3, p < 0,001 pour les températures respectives du dos des mains et des doigts). Les baisses de température pendant le travail étaient statistiquement significatives (p < 0,001), comparées aux températures avant exposition. La composante 2 (13 éléments) décrivait les facteurs de stress liés aux méthodes de travail, comme les équipements dangereux pour les mains, la position assise au sol, et la position debout.
Environ 67 % des employés se plaignaient de douleurs et d’inconforts musculo-squelettiques. La prévalence la plus élevée d’inconfort était rapportée pour le bas du dos, suivie des genoux, du haut du dos, du mollet et d’autres zones, qui expliquaient les facteurs de stress de la composante 2. Les femmes étaient exposées au risque de coupures répétées à cause de couteaux dangereux et de la préhension du poisson. La composante principale 3 (9 éléments), les variables psychosociales (pression du personnel encadrant, changement d’affectations de poste, caractéristiques personnelles de travail) expliquaient environ 22 % de la variance totale. L’étude a ensuite porté sur les actions les plus nécessaires pour atténuer les facteurs de risques. Comme les mains étaient la partie du corps la plus touchée, le port régulier des gants en latex a été préconisé et, en utilisant les gants pendant 2 heures de travail, la température des mains et des doigts des femmes s’est sensiblement améliorée par rapport aux situations de travail à mains nues et 84 % des femmes ne montraient pas de symptômes liés au froid. L’impression générale positive a convaincu que l’usage des gants donnait aux femmes le sentiment de mieux travailler.
La pertinence de l’analyse du travail dans les activités de transformation du poisson a élucidé les principales composantes du stress au travail, y compris les facteurs liés à l’environnement, aux méthodes de travail et aux variables psychosociales. En vue du risque potentiel pour la santé des femmes employées, l’étude a mis en évidence la nécessité de bonnes pratiques de travail et d’interventions pour le développement durable de la sécurité au travail et de la santé dans ce secteur.
Analyse réalisée par : Coquelle M. / PFPA


Imprimer Imprimer

Analyse au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango