Notice

  • Bibliomer n° : 37 - Mars 2007
  • Thème : 5 - Consommation et marchés
  • Sous-thème : 5 - 3 Consommation
  • Notice n° : 2007-3898

Différenciation et acceptabilité de six espèces de crevettes par des consommateurs de différentes classes démographiques

Consumer differentiation, acceptance, and demographic patterns to consumption of six varieties of shrimps

Erickson M.C.*, Bulgarelli M.A., Resurrection A.V.A., Vendetti R.A., Gates K.A.

* Center for Food Safety and Department of Food Science and Technology, University of Georgia, 1109 Experiment Street, Griffin, GA 30223 ; E-mail : mericks@griffin.uga.edu

Journal of Aquatic Food Product Technology, 2006, Vol. 15 (4), p. 35-51 - Texte en Anglais


Résumé

L’acceptabilité de six lots commerciaux de crevettes congelées a été évaluée par un panel de consommateurs. A l’exception de la crevette blanche de Chine dont l’apparence était jugée inférieure, aucun des lots ne s’est différencié de façon significative. Les résultats montrent que les consommateurs ne sont pas capables de différencier des crevettes d’espèces différentes (blanche, marron, tigrée) ni les origines (pêche, élevage). Bien que les consommateurs identifient la flaveur comme le facteur le plus important dans leur consommation de crevettes, les différences dans les notes d’acceptabilité globale montrent également l’influence de l’arôme, de l’aspect et de la couleur.
Les réponses obtenues sur les modes de consommation et les attitudes face au « produit crevette » montrent que l’âge, le sexe et le niveau de revenu influencent la fréquence de consommation. Une majorité de consommateurs indiquent qu’ils peuvent différencier des crevettes fraîches des congelées, mais ne peuvent pas distinguer des espèces différentes. 50 % des consommateurs achèteraient des crevettes à la fois « certifiées » et pêchées localement ; la plupart serait prête à payer plus cher pour le premier critère mais pas pour le second. La fréquence de consommation et la capacité à différencier les crevettes sont les facteurs clefs qui font que le consommateur accepte de payer plus cher les crevettes. D'autre part les consommateurs semblent plutôt préoccupés par les risques chimiques que microbiologiques.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango