Notice

  • Bibliomer n° : 34 - Juin 2006
  • Thème : 4 - Environnement
  • Sous-thème : 4 - 2 Sites industriels, déchets, eau
  • Notice n° : 2006-3569

Evaluation des effluents d'aliments pauvres en phosphore utilisés dans le commerce pour l’alimentation des poissons

Effluent profile of commercially used low-phosphorus fish feeds

Sugiura S.H., Marchant D.D., Kelsey K., Wiggins T., Ferraris R.P.*

* Department of Pharmacology and Physiology, UMDNJ-New Jersey Medical School, 185 South Orange Avenue, Newark, NJ 07103-2714, USA ; Tél : +1.973.972.4519 ; Fax : +1.973.972.7950 ; E-mail : ferraris@umdnj.edu

Environmental Pollution, 2006-03, Vol. 140 (1), p. 95-101 - Texte en Anglais

à commander à : la revue ou à l'INIST


Analyse

L’excès en phosphore (P) dans les aliments d’aquaculture contribue à l’eutrophisation des milieux naturels. Des aliments pour poissons à faible teneur en P sont développés et commercialisés mais il existe une incertitude quant à leur potentiel pour réduire les effluents en P tout en maintenant une croissance régulière comme celle permise par les aliments traditionnels. Cette étude a étudié et comparé, dans les conditions d’une aquaculture de type commerciale, l’utilisation d’aliments pauvre en P avec des aliments «normaux» sur des truites puis déterminé les quantités de P dans les effluents, la croissance des poissons et le coût de l’aliment.
Les excrétions en P solubles et dans les matières fécales dans les effluents étaient plus importantes avec les aliments traditionnels mais ce n’était pas le cas pour le P particulaire.
Le grossissement des poissons, les teneurs en P dans les os et le plasma étaient identiques avec les deux régimes alimentaires. Les aliments pauvres en P peuvent donc réduire les teneurs en P des effluents sans ralentir ou interférer avec la croissance des poissons.
Au niveau du coût, la différence est marquée puisque, dans le cas de l’étude, le prix de aliment traditionnel était de 0,74 $/kg (0,6 €/kg) contre 0,97 $/kg (0,78 €/kg) pour l’aliment pauvre en P. Globalement, plus la teneur en P est faible dans l’aliment, plus le coût est important. L’utilisation de tels aliments engendre donc un surcoût de production très notable pour une croissance identique.
Malgré le surcoût, on comprend toutefois l’intérêt d’utiliser ce type d’aliments pour une aquaculture plus durable. L’impact environnemental est en effet très souvent reproché et des pratiques limitant cet impact devraient avoir des conséquences très positives sur les consommateurs. Ces aliments peuvent également permettre aux producteurs de répondre aux normes imposées par les réglementations.
Leur fabrication est relativement simple, par l’ajout d’ingrédients semi-purifiés (à haute digestibilité). Toutefois, de nouvelles perspectives doivent désormais être prises en compte pour constituer des aliments réellement durables comme le coût de l’aliment, son appétence, la croissance et la qualité des poissons qu’il permet d’obtenir ou encore la résistance des poissons aux maladies.
Analyse réalisée par : Léonard M. / IFREMER


Imprimer Imprimer

Analyse au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango