Notice

  • Bibliomer n° : 29 - Mars 2005
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité alimentaire
  • Notice n° : 2005-2966

Listeria monocytogenes et la listériose : une revue sur l'appréciation des aléas dans l'évaluation des risques microbiologiques des aliments

Listeria monocytogenes and listeriosis: a review of hazard characterisation for use in microbiological risk assessment of foods

McLauchlin J.*, Mitchell R.T., Smerdon W.J., Jewell K.

* Health protection Agency, Food Savety Microbiology Laboratory, Division of Gastrointestinal Infections, Central Public Health Laboratory, 61 Colindale Avenue, London NW9 5HT, UK ; E-mail im.mclauchlin@hpa.org.uk

International Journal of Food Microbiology, 2004, Vol. 92, p. 15-33 - Texte en Anglais


Résumé

Un effort considérable a été fait sur l’application de l’évaluation quantitative des risques microbiologiques concernant Listeria monocytogenes, et des données sont disponibles en Angleterre et au Pays de Galles (probablement plus que dans la plupart des autres pays) sur les effets sanitaires et sur l’incidence des infections humaines à L. monocytogenes sur les différents groupes d’âge et à risque. Cet article passe en revue les différents aspects concernant Listeria et la listériose humaine dans une perspective de santé publique et apporte des éléments sur la caractérisation du danger, c’est-à-dire l’évaluation qualitative et quantitative des effets associés au danger sur la santé, le rapport entre le niveau d’exposition (dose) et la fréquence de la maladie.
La majorité des cas de listériose humaine sont d’origine alimentaire ; cependant, le processus de la maladie est complexe, avec des voies d’infection multiples. La relation dose-réponse est mal comprise, et les données provenant d’études sur des volontaires ne sont pas disponibles, d’ailleurs leur publication ne serait pas éthique. Des données provenant de différents modèles animaux et in vitro existent, bien que ces modèles reproduisent mal le processus naturel de la maladie pour les voies d’infection, l’hôte et l’antériorité de l’exposition à la bactérie. Les données épidémiologiques apportent quelques informations sur les doses infectieuses et la relation dose-réponse, mais à cause des caractéristiques de la maladie (périodes d’incubation potentiellement très longues et extrêmement variables, occurrences faibles et vecteurs alimentaires spécifiques rarement identifiés), ces données sont limitées pour déterminer la relation dose-réponse. Il y a quelques preuves, bien que limitées, de variation entre souches, mais c’est un domaine d’incertitude considérable, malgré les avancées importantes sur les bases génétiques de la virulence de cette bactérie ; presque toutes les souches semblent capables de provoquer la maladie. Plusieurs approches mathématiques ont été utilisées pour modéliser la relation dose-réponses. Cette revue fournit une base clinique et épidémiologique et esquisse les approches mathématiques.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango