Notice

  • Bibliomer n° : 21 - Mars 2003
  • Thème : 2 - Transformation
  • Sous-thème : 2 - 2 Procédés de transformation
  • Notice n° : 2003-2107

Récupération par nanofiltration et osmose inverse des arômes marins provenant de l'eau de cuisson des produits de la mer

Recovery by nanofiltration and reverse osmosis of marine flavours from seafood cooking waters

Vandanjon L.*, Cros S., Jaouen P., Quéméneur F., Bourseau P.

* Université de Bretagne Sud, Laboratoire Polymère et Procédés, BP 92116, 56321 Lorient cédex ; Tél : +33 (2) 97874580 ; Fax : +33 (2) 9787488 ; E-mail : laurent.vandanjon@univ-ubs.fr

Desalination, 2002, Vol. 144, p. 379-385 - Texte en Anglais

à commander à : INIST-CNRS


Résumé

Les eaux de cuisson des produits de la mer (crevette, coquillage et thon) sont potentiellement polluante (notamment par leur teneur élevée en Demande Chimique en Oxygène (DCO) de l’ordre de 5 à 40 gO2/l) et nécessitent donc des traitements avant leur rejet dans l’environnement. Cependant, ces jus de cuisson semblent relativement riches en composés intéressants notamment des composés aromatiques. Leur récupération permettrait aux industriels concernés de diminuer les coûts de traitement et de récupérer des molécules à haute valeur ajoutée.
Dans ce travail, un procédé membranaire faisant appel à de l’ultrafiltration suivi de nanofiltration ou d’osmose inverse est présenté afin de réduire la charge organique globale tout en récupérant des composés aromatiques à partir d’effluents de cuisson de produits de la mer (coquillage, crevette et thon). La première étape d’ultrafiltration (seuil de coupure de 0,22 µm) permet une clarification des jus et évite une réduction des flux pour les étapes suivantes. La nanofiltration qui s’ensuit (seuil de coupure de 300 Da) ne semble pas autoriser une récupération des composés aromatiques, ce qui est par contre obtenu par osmose inverse pour les effluents de cuisson de crevettes et coquillages. Pour les jus de thon la membrane utilisée ici en osmose inverse ne permet pas une récupération efficace des arômes. Quoiqu’il en soit, la charge polluante est considérablement réduite : 95% de réduction pour la DCO des jus de coquillages et crevettes et 85% pour celle des jus de thon.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2017

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango