Notice

  • Bibliomer n° : 6 - Juin 1999
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité alimentaire
  • Notice n° : 1999-0549

Toxi-infection alimentaire collective à Vibrio parahaemolyticus

Lemoine T. *, Germanetto P., Giraud P.

* Groupe de secteurs vétérinaires, 83800 Toulon Naval

Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire - BEH, 1999, n° 10, p. 37-38


Résumé

Le vibrio parahaemolyticus est une bactérie gram négatif, oxydase positif, aérobie facultatif qui vit dans les eaux côtières et des estuaires du monde entier ainsi que des lacs en l’absence de toute pollution fécale humaine, plus particulièrement lorsque la quantité de matière organique est élevée. Vibrio parahaemolyticus ne peut se développer que lorsque la température de l’eau est supérieure à 15°C , d’où l’augmentation de la fréquence de la maladie dans les zones tropicales et pendant les mois d’été dans les zones tempérées. En hiver, il survit dans les sédiments et le plancton.
En milieu de culture, la bactérie est capable de se multiplier entre 5°C (8°C chez les huîtres) et 44°C et à des pH entre 4,8 et 11,0. Halophille, elle a besoin de 1% de sel pour survivre et en tolère de 8% à 10%. Dans les denrées, aucune information sur sa croissance en fonction des modes de conditionnement n’est disponible
Vibrio parahaemolyticus provoque chez l’homme des gastro-entérites caractérisées par des douleurs abdominales, des diarrhées liquides, des nausées et des vomissements après une incubation de 2 h à 48 h et plus rarement des septicémies primaires.
La plupart des souches isolées dans les produits de la mer et l’environnement marin sont Kawanaga négatif. Il semble cependant que le passage chez l’homme puisse sélectionner préférentiellement le type hémolytique ou que le type non hémolytique puisse se transformer au cours du passage dans le tractus digestif.
En général les gastro-entérites ou les septicémies font suite à la consommation de produits de la mer crus (huîtres principalement) ou peu cuits (coques, crevettes , crabes) ou recontaminés après cuisson. Les poissons sont moins souvent incriminés.
Les humains peuvent demeurer porteurs sains pendant 1 à 2 semaines.
Vibrio parahaemolyticus n’est pas thermorésistant. Il est sensible à la pasteurisation, à la déshydratation et probablement plus à la réfrigération (moins de 4°C) qu’à la congélation.
En France, l’article signale un cas de TIAC survenue en 1997 dans un régiment du Var. Cette toxi-infection a porté sur 44 patients soit un taux d’attaque de 20,7%. Elle a été attribuée très probablement à des moules ou à des crevettes surgelées importées d’Asie.
Les mesures préventives consistent entre autres à contrôler les produits de la mer crus ou précuits surgelés importés des pays d’Asie ou des Caraïbes, à éviter la contamination croisée entre les aliments cuits et les produits de la mer crus. Les mollusques sont soumis avant consommation à une épuration et à un contrôle sanitaire strict. Cependant l’évolution des habitudes alimentaires (consommation de poissons crus ou marinés, de sashimi) pourrait entraîner une augmentation des cas de toxi-infections alimentaires dues aux Vibrio halophiles.


Imprimer Imprimer

Résumé au format pdf




© Bibliomer 1992-2021

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango