Résultat(s)

Recherche de veille

Résultat de votre recherche : 52 notice(s)

Notices de 1 à 10 sur 52

  • Bibliomer n° : 65 - Décembre 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2012-6182

Avis de l'ANSES du 14 septembre 2012 relatif aux analyses de retardateurs de flamme bromés (RFB) à mettre en œuvre dans le cadre des prochains plans de surveillance (saisine n° 2010-SA-0225)

Anses

Avis scientifique, 2012, p. 1-12

Adresse internet : http://www.anses.fr/Documents/RCCP2010sa0225.pdf

Afficher le Résumé

Dans son avis, l'ANSES rappelle ce que sont les retardateurs de flamme bromés (RFB). Elle précise que cette famille regroupe notamment les composés suivants :
- l'hexabromocyclododécane (HBCD),
- les polybromodiphényléthers (PBDE) dont seul le déca-BDE (BDE-209) reste autorisé en Europe (hors appareils électriques et électroniques),
- le tétrabromobisphénol A (TBBPA),
- les polybromobiphényles (PBB), interdits en Europe et n'étant plus produits depuis 2000.
Aucune réglementation européenne ne fixe de limites réglementaires dans les denrées alimentaires pour ces retardateurs de flamme. L'AFSSA avait émis en 2006 un avis sur le risque alimentaire lié à ces contaminants. Dans cet avis, l'AFSSA recommandait de surveiller, dans les denrées alimentaires, la teneur en certains retardateurs de flamme (PBDE, HBCD, TBBPA). La DGAL avait donc mis en œuvre en 2008 et 2009 des plans de surveillance sur ces substances.
La DGAL a saisi l'ANSES en septembre 2010 pour avoir un avis sur les analyses des RFB à mettre en œuvre dans le cadre de ses prochains plans de surveillance. Dans sa saisine, la DGAL souhaitait savoir s'il était nécessaire de reconduire un plan de surveillance, de définir un plan spécifique pour les produits de la mer importés et demandait également à l'ANSES de définir le nombre de prélèvements nécessaire dans la filière avicole compte tenu de résultats ponctuels très élevés dans certaines matrices aviaires.
Dans son avis, l'ANSES répond retardateur de flamme par retardateur de flamme. Ainsi, elle indique que :
- pour les HBCD, il est nécessaire de suivre ces contaminants dans différentes denrées alimentaires et notamment celles d'origine animale (en priorité œufs, viande de volaille, poissons et viande bovine et porcine).
- pour les PBDE, il est pertinent de mettre en place un plan de surveillance sur 8 PBDE (28, 47, 99, 100, 153, 154 et 183 et 209) en ciblant en priorité les aliments les plus contributeurs (poissons et produits laitiers). Ce plan de surveillance serait mis en place dans l'attente d'une caractérisation plus précise du danger lié aux mélanges de PBDE ainsi que de leurs potentiels effets additifs avec les PCB-NDL.
- pour le TBBPA, il est nécessaire de mettre en place un plan de surveillance. L'ANSES propose de faire ce suivi tout d'abord sur les échantillons collectés (poissons ou lait) dans le cadre de l'Étude de l'alimentation totale française 2 (EAT2).
- pour les PBB, un plan de surveillance n'est pas justifié.
Enfin, l'ANSES considère qu'un plan de surveillance spécifique aux produits de la mer importés n'est pas non plus justifié.

Lien permanent

Résumé au format pdf


  • Bibliomer n° : 64 - Septembre 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 6 Méthodes analytiques spécifiques produits de la mer
  • Notice n° : 2012-6132

Détermination et confirmation du chloramphénicol dans le miel, le poisson et les crevettes par LC-MS/MS avec une préparation minimale de l'échantillon : validation selon la directive 2002/657/CE

Determination and confirmation of chloramphenicol in honey, fish and prawns by liquid chromatography-tandem mass spectrometry with minimum sample preparation: validation according to 2002/657/EC Directive

Barreto* F., Ribeiro C., Hoff R. B., Dalla Costa T.

* Lab Nacl Agropecuario LANAGRO RS, Minist Agr Pecuaria & Abastecimento, Porto Alegre, RS, Brazil ; E-mail : fabiano.barreto@agricultura.gov.br

Food Additives and Contaminants Part a-Chemistry Analysis Control Exposure & Risk Assessment, 2012, Vol. 29 (4), p. 550-558 - Doi : 10.1080/19440049.2011.641160 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST

Afficher la Référence bibliographique enrichie

Une nouvelle méthode de dosage du chloramphénicol* applicable au miel, aux poissons et à la crevette a été développée. Il s'agit d'une extraction liquide/liquide suivi d'une analyse par LC-ESI-MS/MS.
Cette méthode est innovante pour deux raisons. Elle utilise, pour les matrices citées, une extraction plus simple et plus rapide (extraction liquide/liquide) que les méthodes existantes validées (SPE).
Elle a été validé selon la décision de la Commission 2002/657/EC qui définit les critères communs de validation des méthodes analytiques des laboratoires de contrôles officiels.

* Le chloramphénicol est un antibiotique à large spectre utilisée en médecine vétérinaire. Il peut causer chez l'homme une anémie pouvant être mortel dans de rares cas. Son utilisation est très contrôlée voire interdite dans de nombreux pays et sa présence est surveillée dans les produits issus d'animaux.

Lien permanent

Référence bibliographique enrichie au format pdf


  • Bibliomer n° : 64 - Septembre 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2012-6107

Incidence et caractérisation de Staphylococcus aureus dans les produits de la pêche commercialisés en Galice (nord-ouest de l' Espagne)

Incidence and characterization of Staphylococcus aureus in fishery products marketed in Galicia (Northwest Spain)

Vazquez-Sanchez D., Lopez-Cabo M., Saa-Ibusquiza P., Rodriguez-Herrera* J.J.

* Instituto de Investigaciones Marinas (CSIC), Eduardo Cabello 6, 36208, Vigo, Spain ; Tel : +34.986.231.930 ; Fax : +34.986.292.762 ; E-mail : juanherrera@iim.csic.es

International journal of food microbiology, 2012, Vol. 157 (2), p. 286-96 - Doi :10.1016/j.ijfoodmicro.2012.05.021 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST

Afficher le Résumé

298 produits de la mer, achetés en vente au détail en Galice entre janvier 2008 et mai 2009, ont été analysés afin de détecter la présence éventuelle de Staphylococcus aureus. Les souches collectées ont été caractérisées par PCR-RAPD et leur résistance aux antibiotiques a été testée.
S. aureus a été détecté dans 25% des produits ; la plupart des souches possédait le gène de l'entérotoxine responsable des toxi-infections alimentaires.
La prévalence de S. aureus était plus importante dans les produits frais (43%) et dans les produits congelés (30%), mais elle restait élevée dans toutes les autres catégories de produits : poissons salés (27%), fumés (26%), surimi non congelé (20%)...
Environ 12% des produits prêts à consommer n'étaient pas conformes à la limite légale précédemment utilisée*.
Toutes les souches étaient résistantes à la pénicilline, au chloramphénicol et à la ciprofloxacine, la plupart était aussi résistante à la tétracycline (82%). Seul l'antibiotique méticilline était efficace sur toutes les souches.
Une révision des programmes prérequis et une amélioration des pratiques d'hygiène dans la manipulation et le traitement des produits tout au long de la chaîne de production sont recommandés par les auteurs, afin d'assurer la sécurité des produits de la pêche commercialisés en Galice.

* Un certain nombre de critères microbiologiques fixés dans les réglementations nationales ont été abrogés dont les staphylocoques à coagulase positive (principalement S. aureus). Néanmoins, cette bactérie est toujours actuellement surveillée dans la plupart des industries.

Lien permanent

Résumé au format pdf


  • Bibliomer n° : 64 - Septembre 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2012-6104

Prévalence, sources et identification des Listeria monocytogenes présentes dans la chair de crabe bleu (Callinectus sapidus) et dans les usines de transformation de ce crabe

Prevalence, characterization and sources of Listeria monocytogenes in blue crab (Callinectus sapidus) meat and blue crab processing plants

Pagadala S., Parveen* S., Rippen T., Luchansky J. B., Call J. E., Tamplin M. L., Porto-Fett A. C. S.

* Food Science and Technology Ph.D. Program, Department of Agriculture, Food and Resource Sciences, University of Maryland Eastern Shore, 2116 Center for Food Science and Technology, Princess Anne, MD 21853, USA ; Tel : +1.410.651.8339 ; Fax : +1.410.651.8498 ; E-mail : sparveen@umes.edu

Food microbiology, 2012, Vol. 31 (2), p. 263-270 - Doi : 10.1016/j.fm.2012.03.015 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST

Afficher le Résumé

Les objectifs de cette étude étaient :
- de déterminer la prévalence de Listeria spp et de Listeria monocytogenes dans la chair de crabe bleu et dans les usines de transformation de ce crabe,
- d'identifier les sources de contamination par Listeria monocytogenes en se basant sur les phénotypes, pulsotypes et ribotypes des souches isolées.
Sept usines de transformation du crabe bleu ont participé à l'étude pendant 2 ans. Elles recevaient les crabes par bateaux ou camions, les cuisaient 6 à 8 mn à la vapeur (115 à 121°C - 69 à 103 kPa), les refroidissaient sous air et les réfrigéraient une nuit. Le lendemain, la chair des crabes était enlevée à la main au couteau avant d'être conditionnée en tubes plastiques conservés sous glace.
Au total, 488 échantillons de crabes crus (CR), 624 échantillons de crabes cuits (CC) et 624 échantillons de l'environnement (ENV) ont été analysés. Listeria spp a été trouvée dans 19,5% des CR, 10,8% des CC et 69,5% des ENV. Par contre L. monocytogenes n'a été isolée que dans 4,5% des CR, 0,2% des CC et 2,1% des ENV (essentiellement refroidisseurs et quais de réception). Les Listeria monocytogenes ne constituent donc qu'une petite proportion des Listeria présentes dans la chair de crabe bleu et les usines de transformation.
Parmi les souches de L. monocytogenes isolées, ont été identifiées :
- 8 sérotypes; les plus communs étant : 4b, 1/2 b et 1/2a,
- 11 ribotypes dont la distribution dans chaque usine a un modèle de contamination unique,
- ~90 pulsotypes.
90% des souches étaient résistantes à au moins 1 des 10 antibiotiques testés. Les résultats indiquent également que certaines souches trouvées dans l'étude ont déjà été associées à des cas de listériose dans d'autres aliments.
Les méthodes moléculaires ont fourni des informations importantes sur les sources de contamination par Listeria monocytogenes de la chair cuite de crabe bleu. Elles permettent de surveiller l'environnement de production et d'améliorer la sécurité sanitaire des produits en ciblant les sources spécifiques de contamination (notamment la réception des crabes crus, les zones de stockage et les fûts pour les déchets).

Lien permanent

Résumé au format pdf


  • Bibliomer n° : 63 - Juin 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2012-6030

Avis scientifique du Groupe sur les dangers biologiques du 8 mars 2012 relatif à l'évaluation de la sécurité et de l'efficacité du ListexTM P100 pour la décontamination de surface du poisson cru par rapport à Listeria monocytogenes (Question n° EFSA-Q-2011-00959)

EFSA Panel on Biological Hazards (BIOHAZ); Scientific Opinion on the evaluation of the safety and efficacy of ListexTM P100 for the removal of Listeria monocytogenes surface contamination of raw fish

Efsa Panel on Biological Hazards (BIOHAZ)

EFSA Journal, 2012, Vol. 10(3):2165 - Doi : 10.2903/j.efsa.2012.2165 - Texte en Anglais

Adresse internet : http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/doc/2615.pdf

Afficher le Résumé

La Commission européenne a saisi l'EFSA sur un dossier de demande d'autorisation, soumis par une société néerlandaise, sur le ListexTM P100 utilisé en spray ou par trempage afin de réduire la contamination en Listeria monocytogenes de la surface du poisson cru.
Il a été demandé à l'EFSA de donner un avis sur la sécurité toxicologique de la substance, son efficacité antimicrobienne, l'émergence potentielle d'une sensibilité microbienne réduite aux biocides et/ou la résistance aux antimicrobiens thérapeutiques liés à l'utilisation de la substance, et sur tout risque pour l'environnement lié aux effluents d'usines contenants cette substance.
Le ListexTM P100 (P100) ne présente pas de problèmes toxicologiques pour l'homme, notamment car le bactériophage P100, qui est le principe actif de la substance, n'est pas considéré comme préjudiciable pour les consommateurs, ni pour les organismes autres que Listeria spp.
Les données des études passées en revue par l'EFSA montrent que le P100 est listéricide sur des échantillons inoculés de poisson chat et de saumon, mais ne permettent pas de tirer des conclusions définitives sur son efficacité pour réduire le nombre de L. monocytogenes sur le poisson matière première ou sur son impact sur les niveaux de contamination en L. monocytogenes sur le produit fini.
Il n'a pas été possible d'estimer la réduction potentielle des risques de listériose par le traitement du poisson cru avec le ListexTM P100.
Les données ne sont pas suffisantes pour permettre de conclure définitivement sur la persistance ou l'activité du P100 dans le poisson stocké.
Il est peu probable que l'utilisation proposée pour le P100 entraîne une sensibilité microbienne réduite aux biocides et/ou une résistance aux antimicrobiens thérapeutiques. Cependant, cette conclusion nécessite des vérifications.
Aucune information n'a été fournie sur la survie du P100 dans les eaux usées de fabrication ou dans l'environnement, ou sur l'accumulation potentielle de variants de L. monocytogenes résistants naturellement au P100.
L'EFSA recommande que des études pilotes et des études à l'échelle industrielle tiennent compte des paramètres affectant l'efficacité de la décontamination et vérifient que l'application sur le poisson cru a un impact sur la réduction de la contamination en L. monocytogenes dans le produit fini.
La persistance ou l'activité du P100, ainsi que les changements potentiels du nombre de L. monocytogenes, devraient aussi être évalués durant le stockage du poisson.
Il est recommandé d'effectuer des tests pour étudier le développement potentiel d'une résistance ou d'une sensibilité réduite aux biocides et aux antimicrobiens thérapeutiques.
Il est enfin recommandé de surveiller l'efficacité continue du ListexTM P100 contre L. monocytogenes et la possibilité d'une sélection et d'une prédominance de souches naturellement résistantes au P100.

Lien permanent

Résumé au format pdf


  • Bibliomer n° : 63 - Juin 2012
  • Thème : 2 - Transformation
  • Sous-thème : 2 - 4 Innovation produits
  • Notice n° : 2012-6020

Avis de l'ANSES du 13 février 2012 relatif à une \" demande d'autorisation de mise sur le marché d'un nouvel ingrédient alimentaire : huile riche en DHA-EPA issue de la microalgue Schizochytrium sp. \" (saisine n° 2011-SA-0345)

Anses

Avis scientifique, 2012

Adresse internet : http://www.anses.fr/cgi-bin/countdocs.cgi?Documents/NUT2011sa0345.pdf

Afficher la Référence bibliographique enrichie

La DGCCRF a saisi l'ANSES pour évaluer un dossier de demande d'autorisation du nouvel ingrédient alimentaire : huile riche en acides gras oméga 3 DHA & EPA issue de la microalgue Schizochytrium sp, dossier pour lequel les autorités britanniques sont rapporteur.
L'ANSES conclut que la consommation aux niveaux proposés de ce nouvel ingrédient ne présente pas d'inquiétude particulière. Par contre, elle souligne qu'il y a un risque de cumul d'apport en acides gras polyinsaturés oméga 3 à longue chaîne (EPA et DHA), du fait de la multiplicité des vecteurs. Elle estime également nécessaire de surveiller la formation de composés issus de l'oxydation de ces acides gras, surtout lorsque le nouvel ingrédient est utilisé dans des aliments traités thermiquement.
N.B. Il existe déjà des autorisations européennes pour de l'huile issue de la microalgue Schizochytrium sp. (décisions 2003/427/CE et 2009/778/CE).

Lien permanent

Référence bibliographique enrichie au format pdf


  • Bibliomer n° : 62 - Mars 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2012-5963

Avis de l'ANSES du 10 novembre 2011 relatif à l'interprétation des résultats de l'étude nationale Anses/InVS d'imprégnation aux PCB des consommateurs de poissons d'eau douce (Saisine n°2011-SA-0118)

Anses

Avis scientifique, 2011 - 8 p.

Adresse internet : http://www.anses.fr/Documents/RCCP2011sa0118.pdf

Afficher le Résumé

Le Ministère de la Santé a chargé en 2008 l'ANSES en collaboration avec l'Institut de Veille sanitaire d'effectuer une étude sur l'imprégnation aux PCB des consommateurs de poisson d'eau douce, principalement les pêcheurs et leurs familles.

Cette étude montre que le niveau de consommation de poissons d'eau douce, notamment des espèces bioaccumulatrices de PCB, est faible.

Les niveaux d'imprégnation observés chez les participants à l'étude sont similaires à ceux de la population générale. Très peu de participants à l'étude ont montré un dépassement du seuil d'imprégnation critique (valeur sous laquelle les risques sont écartés).

Il a été aussi mis en évidence que la consommation des poissons fortement bioaccumulateurs était associée à une augmentation de l'imprégnation aux PCB.

Sur la base de cette étude, l'ANSES a pu établir des recommandations de consommation (fréquence de consommation maximale sans risque sur le long terme) des poissons d'eau douce fortement bioaccumulateurs de PCB (anguille, barbeau, brème, carpe et silure). Ces recommandations concernent la population générale (limiter la consommation à 2 fois par mois), mais aussi certaines populations, comme les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes et les enfants (limiter la consommation à 1 fois tous les 2 mois).

Ces recommandations de consommation s'appliquent à l'ensemble du territoire (en dehors des situations accidentelles), à l'exception des zones de très forte contamination pour lesquelles l'ANSES a déjà réalisé des évaluations des risques spécifiques et a émis des recommandations de non consommation particulières.

Lien permanent

Résumé au format pdf


  • Bibliomer n° : 62 - Mars 2012
  • Thème : 1 - Production
  • Sous-thème : 1 - 3 Aquaculture
  • Notice n° : 2012-5932

Absorption alimentaire des polybromodiphényléthers (PBDE), occurrence et profils dans les turbots d'élevage (Psetta maxima) de Galice, Espagne

Dietary uptake of polybrominated diphenyl ethers (PBDEs), occurrence and profiles, in aquacultured turbots (Psetta maxima) from Galicia, Spain

Blanco* S.L., Martinez A., Porro C., Vieites J.M.

* Centro Tecnico Nacional de Conservacion de Productos de la Pesca (ANFACO-CECOPESCA), Carretera Colexio Universitario no. 16, 36310 Vigo, Pontevedra, Spain ; E-mail : lucia@anfaco.es

Chemosphere, 2011, Vol. 85 (3), p. 441-447 - Doi : 10.1016/j.chemosphere.2011.07.072 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST

Afficher la Référence bibliographique enrichie

Les polybromodiphényléthers (PBDE) sont des produits chimiques toxiques présents dans l'environnement et se retrouvant dans notre alimentation. L'étude porte sur l'absorption de ces contiminants halogénés par les turbots d'élevage via leur alimentation.

Les PBDE présents dans l'aliment (2,35 - 4,76 ng/g) se retrouvent dans les filets de turbots (0,54 - 2,05 ng/g), les congénères prédominants étant le tetra-BDE 47, et les penta-BDE 99 et 100.

Le tétra-BDE 49, qui ne représente que 2 % des PBDE de l'aliment, contribue à 15 % des concentrations en PBDE totaux dans les filets de turbot. Ces résultats permettent de mieux comprendre le transfert des contaminants de l'aliment au poisson. Environ 30 % des PBDE ingérés via l'alimentation sont présents dans les filets de turbot.

Il est donc nécessaire de veiller à utiliser des ingrédients non contaminés, en particulier les huiles et farines de poisson, pour éviter ensuite le transfert des contaminants des poissons d'élevage aux consommateurs.

Lien permanent

Référence bibliographique enrichie au format pdf


  • Bibliomer n° : S2 - Octobre 2012
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2012-213S

La surveillance des phycotoxines dans les coquillages du milieu marin. Le réseau REPHY : objectifs, stratégies, et principaux résultats

Belin C.

Ifremer, Nantes ; E-mail : catherine.belin@ifremer.fr

Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation, 2011, n° 45, p. 19-23

Adresse internet : http://www.anses.fr/bulletin-epidemiologique/Documents/BEP-mg-BE45.pdf

Afficher le Résumé

Le REPHY est un réseau de surveillance des micro-algues productrices de toxines susceptibles de s'accumuler dans les produits marins et de ces toxines dans les coquillages. Il est réalisé dans le cadre de la réglementation européenne.
Trois groupes de toxines associés à des algues phytoplanctoniques toxiques sont ainsi suivis :
(i) les toxines lipophiles qui regroupent :
- les toxines produites par Dinophysis (ex diarrhéiques, DSP) : l'acide okadaïque, ses dérivés et les pecténotoxines,
- les azaspiracides, à effets diarrhéiques également,
- les yessotoxines ;
(ii) les toxines produites par Alexandrium : la saxitoxine (ex-paralysantes, PSP);
(iii) les toxines produites par Pseudo-nitzschia : celles de la famille de l'acide domoïque (ex-amnésiantes ASP).
Enfin, une autre famille non réglementée à ce jour est également surveillée en Méditerranée : les palytoxines, produites par Ostreopsis (voir notice Bibliomer n°2012-232S). La détection et la quantification des toxines dans les coquillages sont réalisées par les méthodes officielles d'analyse.
Les toxines lipophiles sont présentes tous les ans dans des coquillages de nombreuses régions de France, alors que les toxines de la famille de la saxitoxine ne sont pratiquement plus observées depuis 2005. Quant aux toxines de la famille de l'acide domoïque, elles touchent le plus souvent les coquilles St-Jacques, mais aussi d'autres coquillages.

Lien permanent

Résumé au format pdf


  • Bibliomer n° : 59 - Septembre 2011
  • Thème : 3 - Qualité
  • Sous-thème : 3 - 1 Sécurité des aliments
  • Notice n° : 2011-5749

Un plan d'échantillonnage basé sur les risques pour surveiller l'histamine dans les poissons

A risk-based sampling plan for monitoring of histamine in fish products

Guillier * L. , Thébault A., Gauchard F., Pommepuy M., Guignard A., Malle P.

* Anses, Unité Appréciation Quantitative des Risques Microbiologie et Santé Animale, DSA, Maisons Alfort, France ; Tél. : 01.47.77.26.44 ; Fax : 01.47.77.46.66 ; E-mail : laurent.guillier@anses.fr

Journal of Food Protection, 2011, Vol. 74 (2), p. 302-310 - Doi : 10.4315/0362-028X.JFP-10-234 - Texte en Anglais

à commander à : l'auteur, l'éditeur ou à l'INIST

Afficher le Résumé

En 2008, l'Institut national de veille sanitaire a signalé une augmentation du nombre de foyers (et du nombre de cas) d'intoxications alimentaires dues à l'histamine en France. Le but de l'étude était de proposer un nouveau plan de surveillance pour une meilleure caractérisation de l'exposition des consommateurs.
Comme de nombreuses catégories de produits de la mer sont potentiellement impliquées dans ces intoxications histaminiques, les auteurs proposent que le nombre d'échantillons attribué à chacune d'elles soit établi en fonction du risque associé à la catégorie. L'appréciation du risque a été effectuée avec l'outil " Risk Ranger ".
Les poissons frais à forte concentration en histidine sont les plus forts contributeurs au risque histaminique. Le risque associé aux poissons surgelés ou en conserve apparaît comme marginal par rapport à la catégorie des poissons frais.
Au sein de chaque catégorie, les auteurs ont attribué à chaque produit un nombre d'échantillons proportionnel aux données de consommation. Les données sur les habitudes de consommation (répartitions saisonnières et régionales) ont également été prises en compte dans la répartition des échantillons.
Les résultats qui seront obtenus dans les années à venir à partir de ce plan, qui respecte une répartition basée sur le risque et les habitudes de consommation, permettront d'apprécier l'évolution annuelle du niveau d'exposition des consommateurs.

Lien permanent

Résumé au format pdf




Résultat de votre recherche : 52 Notice(s)

Notices de 1 à 10 sur 52



© Bibliomer 1992-2019

Site élaboré dans le cadre d'un partenariat Ifremer - FranceAgriMer - CITPPM,
en collaboration avec les centres techniques CTCPA, IFIP

Le Site Bibliomer, est déclaré auprès de la CNIL. Pour de plus amples informations n'hésitez pas à écrire à la CNIL : Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 21, rue St-Guillaume 75340 Paris cedex 7 - Tél : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00

Bibliomer est compatible avec zotero

Icônes : Tango